Tartine d’aubergine, figues, ricotta et jambon de parme

tartine d'aubergines roties aux figues jambon de parme et ricottaUne dernière recette estivale avant la longue pénurie de fruits juteux et gorgés de soleil qui nous attend!

Voila ce que je souhaitais partager aujourd’hui avec cette recette de tartine d’aubergine (sans pain donc ;-)), aux figues et tomates rôties, ricotta et jambon.

Une recette simple, sucrée / salée, qui fait honneur aux dernières figues des étales…

Pour ces tartines aux aubergines, il vous faut : (4 personnes)

– 2 belles aubergines (comptez deux tranches par personne)
– 1 pot de ricotta
– 8 tomates cerises
– 8 tranches de jambon de parme
– 2 figues
– de l’huile d’olive au basilic
– une dizaine de pignons de pin

Dans un premier temps, coupez les aubergines en tranche d’environ 1 cm d’épaisseur dans le sens de la longueur. Disposez-les sur votre plaque avec du papier sulfurisé, arrosez-les d’huile d’olive et écrasez un peu d’ail sur chacune d’elles pour qu’elles puissent garder un petit gout aillé. Passez-les de chaque côté, 10 minutes au four à 180/200°C.

Profitez-en pour couper en deux vos tomates cerises dans un petit récipient, arrosez-les également d’huile d’olive, un peu de sel, de poivre et de sucre pour qu’elles caramélisent et glissez votre récipient dans votre four avec les aubergines.

Pendant ce temps, préparez votre ricotta en ajoutant deux cuillères à souple d’huile d’olive au basilic ou au citron (selon votre envie), quelques pignons de pins, du sel et du poivre. Une fois vos tranches d’aubergine cuites, étalez votre mélange à la ricotta sur chacune d’elles.

Disposez ensuite vos tranches de figues, vos tomates cerise rôties et votre jambon de parme (1 tranche sur chaque aubergine). Repassez le tout quelques minutes au four (environ 5 minutes à 180°C) pour bien lier tous les éléments. Un tour de moulin de poivre et quelques grains de gros sel!

Vous n’avez plus qu’à accompagner d’une bonne poignée de roquette et d’un vinaigre balsamique à l’italienne et vous régaler!

Gaspacho crémeux aux poivrons et à la fêta, basilic et pignons

recette gaspacho aux poivrons et feta basilic et pignonsAllo, allo la communauté gourmande! Cette semaine, on a tous repéré que l’expression « été indien » était dans toutes les bouches. Sur les côteaux bordelais, le thermomètre a encore frôlé les 30º!

Du coup, côté cuisine, on est plus tenté par des plats froids ou des aliments frais!
C’est pourquoi, cette semaine j’ai voulu vous concocter quelque chose de simple, de coloré et de goûteux, parfaitement adapté à cet été indien : un gaspacho crémeux aux poivrons et à la fêta, aux pignons torréfiés. Miam! 😉

Pour réaliser votre gaspacho aux poivrons, il vous faut : (pour 4 personnes)

3 poivrons rouges
1 feta
1 cuillère à soupe de tartare ou 3 carrés de boursin
1 yaourt au lait de brebis (ou de chèvre pour les amateurs)
Une dizaine de feuilles de basilic
1 pincée de piment fumé La Chinata
1 gousse d’ail
Des pignons de pin
Sel et poivre

Tout d’abord, faites cuire vos poivrons. Pour cela, coupez-les en deux, otez les pépins et les cotes blanchâtres. Disposez-les, face peau vers le haut et mettez les à cuire pendant 20 minutes à 200ºC. Cachez dessous votre gousse d’ail pour qu’elle confise pendant ce temps.

A la sortie du four, enlevez la peau des poivrons puis mixez-les avec vos carrés de boursin, le contenu de votre gousse d’ail confite, votre yaourt de brebis, vos épices et quelques unes de vos feuilles de basilic émincées. (Gardez-en tout de même un peu pour la décoration).

Vous pouvez pendant ce temps torréfier vos pignons légèrement et émietter votre fêta.

Versez le tout dans votre récipient, agrémentez avec les pignons, quelques miettes de fêta et les feuilles de basilic entières que vous aviez mises de côté! C’est prêt!

Le chien de Pavlov : le bistrot gastro qui a du mordant!

Ce n’est pas bien compliqué, depuis un an, de nouveaux restaurants qui ont du chien se sont installés à Bordeaux! J’ai du en louper quelques uns, mais je peux vous assurer que mon trio de tête est fait! Par le plus grand des hasards, ils se disputent les pavés du quartier Saint-Pierre à Bordeaux, les deux rues que personne n’attendait au tournant : la rue du Cancéra et la rue de la Devise, j’ai nommé : Le Miles, le Dan et le Chien de Pavlov.

carte-restaurant-chien-de-pavlov-bordeauxC’est au Chien de Pavlov que j’ai eu envie de faire honneur aujourd’hui. J’y suis allée dernièrement pour faire plaisir et y inviter une amie. Un déjeuner au poil donc! Après deux essais en soirée qui ont fait chavirer mon coeur de gourmande, j’avais envie de me frotter au menu du midi.

Alors, qu’avait-on de bon à la carte?

Pour commencer, deux entrées foncièrement différentes : d’un côté toute la générosité et la douceur de la mozzarella de Burrata et de ses nectarines de saison, et de l’autre la force du saumon, retravaillé en deux cuissons (basse température) accompagné d’une vinaigrette fruitée et relevée.

entree restaurant chien de pavlov mozzarella nectarine       entrée chien de pavlov bordeaux au saumon en deux cuissons

Dans les deux entrées, l’association de jeunes pousses apportait une touche légèrement piquante et de contraste pour contrebalancer la douceur fruitée des sauces. Simple, mais efficacement bon.

Pour le plat, il y a eu bagarre! et pour mettre tout le monde d’accord, nous avons cédé à l’appel de l’agneau… (et Dieu sait si l’on a bien fait! ;-))

agneau-en-deux-cuissons-et-nouilles-de-sarrasin-aux-artichauts-et-betteraves-plat-formule-midi-chien-de-pavlov-bordeaux

Des nouilles de sarrasin, gorgées de sauce de cuisson, absolument délicieuses! Mes origines bretonnes ont été flattées, ma truffe exaltée, et les souvenirs de la cuisine authentique des céréales de ma grand-mère sont remontés à la surface. Je pense qu’elle aurait été tout aussi agréablement surprise que nous l’avons été. Sans parler de l’agneau : un délice! Je mets tout de même un bémol sur le morceau confit, un brin trop salé…
La betterave et l’artichaut étaient à leur place. Là aussi, parfaitement cuits.

Et pour finir! nous avons senti l’âme de pâtissière dans nos desserts! J’aime les desserts pleins de caractère, avec une réelle identité… Les becs sucrés seront comblés au Chien de Pavlov, c’est certain. D’un côté, nous avions une tartelette citron / verveine avec une glace maison à la banane. De l’autre, un dessert qui mettait en valeur la figue dans tous ses états, accompagnée d’une panna cotta au brebis, d’un biscuit moelleux à la noisette et d’un sorbet figue à tomber!

tartelette au citron verveine et sa glace banane chien de pavlov restaurant a bordeaux       restaurant chien de pavlov bordeaux dessert aux deux figues panacotta brebis et sorbet figues

A la sortie, ça donne quoi? Une addition de 70 euros pour trois personnes. Sachant que nous avons pris 2 formules (entrée + plat + dessert + verre de vin) et une formule (plat avec boisson seulement). Ce qui équivaut à 23 euros par personne. Plutôt raisonnable pour un menu du midi aussi élaboré, mais pas forcément pour toutes les bourses.

Un bistrot gastro, made in Bordeaux, à mettre dans son carnet, rubrique +++, sans hésiter! Le soir, le repas est beaucoup plus sophistiqué dans l’assiette, vos babines aux aguets et les prix un peu plus élevés! Les étoilés n’ont qu’à bien se tenir… c’est moi qui vous le dit!
Ma petite note perso : Je recommande tout particulièrement la carte des cocktails. Je n’en n’avais tout simplement jamais bu d’aussi bons.

Restaurant Le Chien de Pavlov
45-47 rue de la Devise – 33000 BORDEAUX
05.56.48.26.71
www.lechiendepavlov.com

Le Guacamole, ou la recette « attrape-copains »

recette guacamole maisonIl est de ces recettes qui remportent tous les suffrages! Qu’il vous suffit simplement de citer pour que tout le monde rapplique!

Parce qu’il faut le rappeler, on ne cuisine finalement que pour trois bonnes raisons : parce que l’on est gourmand, parce que l’on aime partager mais surtout parce que nous aimons faire plaisir et épater nos invités!

Et bien pour mon cas, j’ai mon arme fatale : le guacamole. L’apéritif parfait, à la fois convivial et dépaysant, pour que tous mes convives se déconnectent de leur quotidien et aient envie de mettre les doigts dans le plat en toutes circonstances. Bref, l’anti-cacahuètes idéal! Chez nous, pas d’apéritif sans guacamole maison!

Pour réaliser le guacamole parfait (et sans sachet tout prêt, ou contrefaçon achetée dans le supermarché du coin -> Grrrr, ça me rend dingue ça, et de toutes façons, personne n’en mangera!), il vous faut :

– 2 avocats mûrs
– 1 oignon frais
– 1 citron jaune entier
– 3 gouttes de tabasco
– 1 grosse pincée de curcuma
– 1 pincée de gingembre en poudre
– 1 pincée de cardamone en poudre
– 1 pincée de coriandre moulue
– 1 cuillère à soupe de votre meilleure huile d’olive
– 1 pincée de ma petite boîte magique La Chinata (du piment fumé)
– du sel et du poivre

A l’attaque !

Commencez par quadriller au couteau vos avocats. Ecrasez-les grossièrement à la fourchette. (ça ne sert à rien d’essayer de réduire à néant tous vos morceaux, vous n’y arriverez pas et puisque nous utiliserons à la fin le mixeur plongeant, ça ne sert pas à grand chose… :-b)

Ajoutez votre jus de citron, tabasco, huile d’olive et toutes vos épices dans votre saladier. Ainsi que la moitié de votre oignon haché en petits bouts (personnellement, je les aime fins et petits). Mixez le tout, mais pas trop pour qu’il reste quelques morceaux survivants. Rajoutez ensuite l’autre moitié d’oignon frais haché.

Les deux secrets essentiels de ma recette :

Lorsque vous hachez en petits morceaux votre oignon frais, incorporez-en la moitié à la préparation de votre guacamole. Mixez au mixeur plongeant afin d’obtenir une consistance onctueuse. Une fois terminé, vous pouvez alors ajouter la seconde moitié de l’oignon haché. Vous avez donc un guacamole qui a un léger et (bon) goût d’oignons mais qui ne transforme pas votre haleine en usine à gaz pour les trois prochains jours!

L’autre secret réside dans la qualité de l’huile d’olive que vous utilisez. J’ai la chance d’avoir une super copine qui m’offre régulièrement des huiles d’olives à tomber! Et celles parfumées à l’ail ou encore au citron ajoutent un vrai plus à ma recette! Je vous recommande fortement le coffret Gourmet Touch que vous pourrez acheter directement au producteur par ici.

Bref, 7 minutes montre en main pour 60 minutes de plaisir partagé! je n’ai pas encore trouvé de meilleur ratio! 😉

Et vous, votre arme fatale, vous la partagez ?

Carpaccio de figues et mozzarella di buffala, pignons et basilic

Invités de dernière minute, nécessité d’impressionner belle-maman ou épater vos convives en quelques coups de couteaux?! J’ai ce qu’il vous faut avec cette recette ultra simple de carpaccio de figues et mozzarella!

Même les papilles les plus compliquées seront ravies! Elle est fraîche, de saison et idéale pour le soir ou pour un déjeuner en terrasse au soleil. Merci maman pour l’idée, j’y ai juste rajouté quelques petits bonus! 😉

Le succès de cette recette réside principalement dans la teneur en sucre des figues. Elles doivent contre-balancer tout le reste, et s’allier parfaitement avec le léger côté caramélisé du vinaigre balsamique. Sans oublier votre mozzarella : plus elle sera de qualité, c’est à dire avec un coeur fondant, plus votre recette sera onctueuse et gourmande! 😉

Pour réaliser la recette du carpaccio de figues et mozzarella (2 personnes), il vous faut :

Une dizaine de petites figues
1 mozzarella di buffala
10 feuilles de basilic
une petite poignée de pignons de pin
du vinaigre balsamique
de l’huile d’olive
de l’huile de noisette (facultative)
du gros sel et du poivre

Recette de carpaccio de figues et de mozzarella di buffalaTout d’abord, armez-vous d’un couteau bien tranchant! La précision de vos rondelles déterminera la présentation globale de vos assiettes : plus c’est fin et précis, plus votre assiette est raffinée.

Coupez ensuite toutes vos figues et votre mozzarella en rondelles. Laissez de côté les petites extrémités et mangez-les! (ben oui, je soutiens le fait que le cuisinier mérite un encouragement durant son travail! ^^)

Disposez le tout joliment dans vos assiettes. De préférence, choisissez de grandes assiettes, le résultat n’en est que plus esthétique.

Faites ensuite revenir dans une poêle, à sec, votre poignée de pignons de pin pour les torréfier légèrement et décupler leur goût « noisette ».

Emincez vos feuilles de basilic et gardez-en 4 pour la décoration de vos assiettes.

Arrosez le tout de quelques traits de balsamique et d’huile d’olive. Si vous avez de l’huile de noisette, un léger filet par assiette est suffisant. Il ne faut pas que la saveur de la noisette prédomine et masque les autres. Parsemez de pignons grillés, de votre basilic ciselé et de quelques grains de gros sel et de poivre écrasé.

Vous n’avez plus qu’à servir! Bon appétit!